Ils ont ramené le Corona dans notre quartier !

Article : Ils ont ramené le Corona dans notre quartier !
28 mai 2020

Ils ont ramené le Corona dans notre quartier !

« Ils ont amené Corona dans notre quartier ! », a assené notre voisine, toute affolée. Elle est venue en catastrophe partager l’info chaude du moment. La dame portait un masque, c’était déjà ça.

Mais bon, on était déjà au courant. L’info est d’abord partie comme une rumeur, depuis un groupe WhatsApp de quartier, puis c’est devenu vite clameur dans tout mon voisinage.

Que disait la Rumeur? Qu’un cas du terrible Corona aurait été détecté dans le quartier…dans un grand hôtel situé dans le prolongement de ma rue. Pour preuve : tout un groupe de soldats postés devant l’imposante bâtisse, depuis le Week-end.

Peur. Incompréhension. Tension…

Le Peuple s’énerve « Mais pourquoi ils viennent les mettre ici ? » « Ces Sorciers de l’Etat veulent nous contaminer », et autres joyeusetés dans ce genre.

Ça fait drôle, tout de même, d’être subitement « tout prêt » d’un cas. Très drôle.

Bien que plutôt impassible, j’en fus passablement interpellé. Après tout, si c’est vrai, ça ferait au moins un cas décelé à même pas 600mètres de chez moi. Sans compter les éventuels cas contacts. Bonjour l’ambiance. !

La misère, tout de même. The infamous Corona in Person.

Parce que, une chose est de suivre le décompte quotidien des cas de Covid sur le site officiel du pays, ou encore de faire du monitoring continental sur Worldometer (comme je fais chaque matin) et une autre est d’être potentiellement exposé à « un vrai cas », tout près, tout tout près.

On ne peut s’empêcher de passer en revue ses mouvements, les gens qu’on aurait croisé dans la rue, ceux qui ont pénétré sa maison sans porter de masques (le Port du masque est recommandé au Togo, bien que beaucoup de citoyens, essentiellement dans les couches populaires, ne s’y soumettent guère, par manque de moyen ou d’intérêt).

Corona est là, panique à bord

Une sorte de fébrilité s’est donc emparée de tout le quartier. Entre hypothèses les plus farfelues et les pires inquiétudes… La rumeur a fait son bonhomme de chemin. Des proches nous ont même appelé de l’autre bout de la ville, pour nous « prévenir », qu’on avait un cas. Whatsapp est trop fort pour nous.

Plus de peur que de mal…c’est juste une mise en quarantaine obligatoire

En fait, l’histoire est un peu moins dramatique qu’il n’y parait. Dans le pays, l’Etat a réquisitionné un certain nombre d’hôtels pour isoler mettre en isolement obligatoire tout voyageur, après son arrivée.

Or il se fait, justement, que le week-end dernier, un vol spécial avait rapatrié des togolais en provenance de France et du Moyen-Orient. C’est une partie d’entre eux qui ont été mis en isolement dans cet hôtel.

Et vu que par le passé des certains voyageurs se sont soustraits à leur isolement obligatoire, j’imagine qu’on ne prend plus de risque. D’où des soldats qui campent nuit et jour au pied de l’immeuble ( ils dorment sous des tentes disposées autour, et font la ronde à tour de rôle).

L’un dans l’autre…

Enfin, au moins un point posisif à tout ce ramdam, c’est que le respect du port du masque s’est un peu renforcé dans le coin. La population commençait sérieusement à se relâcher sur ce point. Il faut dire que le Togolais du quotidien se demande encore «  Mais où est Corona » ? Ou pire «  Est-ce que Corona existe vraiment même? »

Il faut l’avouer, la maladie a toujours l’air lointaine, évanescente, quelque part là-bas dans la ville, mais pas proche, pas ici, pas dans notre réalité à nous. Or, le mal est là, invisible à l’œil nu mais bien présent. Pour l’instant du moins. Même si plupart des citoyens ne risquent pas grand-chose ( le jeune âge surtout, et la Chloroquine en prime), ce serait ballot de la refiler à un proche mal en point, vieux ou déjà physiquement diminué…ça pourrait être laid ( le Togo décompte 13 décès officiels…dont tout de même 3 enfants)

Enfin, je digresse...

Bref, tout ça pour dire qu’il y a des voyageurs en quarantaine dans mon quartier. Et y’a potentiellement des sujets positifs dans le lot.

D’ici là, Masques pour tous et Lavons-nous les mains. 🙂

Renaud

Partagez

Commentaires