Haïti (Ayiti) est notre sœur, la première nation africaine du monde

Salutations, chers toutes et chers tous.

 

Haïti, Haïti, Terre bienaimée.

Aujourd’hui quand on entend parler d’Haïti, et ce même en Afrique, c’est uniquement sur des sujets de séisme, famine, épidémie, Papa doc, etc. Le peuple haïtien est régulièrement voué à l’opprobre et à la pitié des autres, même des africains, c’est dire ! J’ai été tout particulièrement interpellé par les violents actes racistes anti-haïtiens de la république dominicaine ainsi que les réactions nombreuses qu’elle a suscité. Notamment celle de l’ainé valerymoise camarade: le défi d’être Haïtien. Moi je parlerai du défi d’être Africain (au sens large du terme, sans verser dans de l’essentialisme).

Depuis longtemps, Haïti est traînée dans la boue, au point que peu d’entre nous ici sont au courant de ce que cette île représente pour l’Afrique et les nations « noires » du monde. Je m’en vais le rappeler.

Nous africains, dans notre large majorité, n’avons aucune notion de notre histoire longue. C’est ce qui nous rends bêtes, suffisants et naïfs sur bien des sujets. Fragiles et dangereux pour nous-mêmes quant à l’avenir, inaptes à reconnaitre le danger et les méthodes de l’ennemi. Très peu, très peu de mes frères et sœurs savent le rôle crucial qu’a joué Haïti dans leur histoire, dans leur lutte (dans notre histoire, dans notre lutte). Haïti est l’un des plus beaux joyaux de résistance et de grandeur que le peuple noir a su enfanter, dans la douleur, la souffrance et le sang. Son délabrement actuel, à l’image de mère-Afrique toute entière, est le fruit d’une mécanique brutale, insidieuse, savante, complexe et mortelle. Un piège sans fin, comme dirait l’autre.

 

Ayiti, première nation africaine et paroxysme de la résistance du « Noir » contre le système esclavagiste.

Ayiti est la première nation africaine moderne ! Moderne au sens historique du terme. Si l’Éthiopie a résisté à la colonisation militaire (mais pas à la colonisation financière), Haïti avait acquis son indépendance et sa libération des années auparavant. C’est la plus célèbre libération d’esclaves par les esclaves eux-mêmes ! Cela en fait légitimement la première nation africaine du monde (Car les esclaves ne sont pas vietnamiens, j’ose le rappeler), donc notre sœur…et d’une certaine façon notre mère. Comme dirait ce cher Eliphen Jean : « Ayiti est africaine ».

 

La révolution haïtienne, la seule vraie révolution.

Il y a eu trois grandes révolutions : La révolution française, la révolution américaine et la révolution haïtienne (je ne fais pas grand cas de la révolution bolchévique). De mon point de vue, c’est la troisième qui est la plus complète. Car même si la révolution française a accouché des « droits de l’homme », il est impérieux de préciser que ces droits ne concernaient ni le nègre ni la femme. Voilà.

Haitian Revolution
Révolution Ayitienne – Crédit: Wikipedia
Seule la révolution haïtienne a clairement affirmé les « droits de l’Homme » au sens et le plus exhaustif du terme. Il convient de le rappeler. Voilà.

Précisons aussi que les mouvements indépendantistes d’Amérique latine sont liés à la révolution haïtienne.  Ils ont été permis et stimulé par Haïti. D’ailleurs le très grand Bolivar avait un certain nombre de généraux haïtiens dans son armée. N’eurent été les manigances des Puissances, Bolivar aurait formé une grande nation Latine, mais les américains ne voulaient surtout pas d’un puissant et grand état « libre » au Sud de leurs frontières. Ils ont donc fait le nécessaire pour faire capoter les projets d’unification. Ce sont les caprices de l’histoire.

Voyez-vous, c’est ça Haïti !

 

Haïti, la liberté au prix fort

Je suis de ceux qui pensent que cette nation paie encore jusqu’aujourd’hui au prix fort l’audace et l’efficacité avec laquelle elle a arraché sa liberté de la gueule des rapaces esclavagistes.

Jean-Jacques-Dessalines
Jean-Jacques Dessalines – Crédit:Wikipedia
Toussaint Louverture par Pierre-Charles Baquoy
Toussaint Louverture – Crédit: Wikipedia
 

Menés par Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines, les « noirs » de Saint-Domingue (Ayiti) ont vaillamment tenu tête aux armées de toutes les puissances esclavagistes de l’époque (Français, Anglais, espagnols, américains). La France, notamment, a été tenue en échec à la légendaire bataille de Vertières (Je rappelle que Napoléon avait rétabli l’esclavage. Il avait rétabli l’esclavage !).

Haïti a souffert, mais pas pour Haïti seule, elle a souffert pour et au nom de toute l’Afrique. Comme dirait J.H. Clark, ce serait bien qu’on se rappelle non pas seulement là où le bateau nous a déposé mais aussi là d’où il nous a emporté.

Crédit:archives.monumerique.bordeaux.fr
Crédit:archives.monumerique.bordeaux.fr

Des réparations oui, mais pour les négriers 

Le plus immoral dans cette histoire, c’est que les haïtiens dû payer les négriers. Oui, les propriétaires d’esclaves ont estimé que la libération des esclaves était une perte pour eux et qu’ils devaient être « dédommagés ». Le remboursement de cette dette colossale est le début du cercle vicieux qui a plongé Haïti, de proche en proche, dans l’abime qu’on connait. Même si on admet l’existence des traitres, les pressions extérieure ont été très déterminantes, comme toujours. N’oublions pas que les puissances ont tout fait pour châtier sévèrement Haïti et en faire un exemple. Ça a très bien marché, c’est le cas de le dire.

C’est ce cher Napoléon qui a donné le « la » d’ailleurs :

 » Ma décision de détruire l’autorité noire à Saint-Domingue n’est pas tant pour des considérations de commerce et d’argent, mais plutôt à cause de la nécessité de bloquer à jamais la marche des noirs dans le monde » (Napoléon Bonaparte)

Jacques-Louis David - The Emperor Napoleon in His Study at the Tuileries - Google Art Project 2
Napoléon Bonaparte
Si ça ce n’est pas mignon !

En étant suffisamment cynique et stratège, on peut comprendre ce choix : car il ne fallait surtout pas laisser une nation « nègres » prospérer. Cela aurait fait tache, dans le cadre d’une domination blanche du monde.

 

Pour finir…la question du vaudou et de la « malédiction » d’Haïti.

La christianisation et l’islamisation de l’Afrique a poussé nombre d’Africains dans un intéressant état de schizophrénie par rapport à certains sujets. Quand j’étais encore « dans la matrice », j’ai entendu et parfois validé passivement bien des inepties sur Haïti. Suite au séisme d’il y a quelques années, je me rappelle un imbécile bigot inculte et aliéné de pasteur qui déclarait sur les ondes que si Haïti subissait tour à tour famines, épidémies, tremblement de terre etc. c’était parce que ce pays était adepte du vaudou. Qu’il s’était détourné de Dieu, c’est une idée assez largement partagée… Quand j’y repense aujourd’hui, ça me donne une profonde envie de vomir. Comment avons-nous peu tomber aussi bas ?

Loin de considérer ce culte ancestral comme une malédiction, je dirais même que la formidable sauvegarde du vaudou rend Haïti d’autant plus précieuse. Parce que si les chrétiens ont le droit de croire qu’un fils de charpentier à Nazareth est né d’une vierge, a marché sur l’eau et est blond comme un norvégien…je crois que tout le monde a le droit de croire en ce qu’il veut!.

A certains égards, les haïtiens sont restés beaucoup plus authentiquement « africains » que nous (au sens qu’ils ont profondément conservé des traditions africaines d’il y a trois voire quatre siècles. Ils les ont préservées précieusement, car on est beaucoup plus enclin à sauvegarder ses souvenirs quand on est « loin de sa maison ». Alors que nous, n’ayant pas été « dépaysés », nous avons été quelque peu plus perméables aux apports exogènes. Tout ceci reste discutable, mais dans la globalité, c’est opérant)

Créoles

Le vaudou est une formidable ressource spirituelle et idéologique, c’est lui, en partie, qui a permis aux esclaves de se libérer par eux-mêmes ! Et de ne pas attendre un certain Victor Schœlcher qui arrivera en retard avec son fameux décret. Pour cela je ne peux que rendre hommages aux trons, ou au loas, comme on dit là-bas.

Pour ceux qui joueraient les puristes chrétiens ou musulmans je rappelle que le christianisme a été imposé de force, dans le sang, aux esclaves dans le but de les rendre plus dociles et soumis aux maitres « blancs ». Et que la traite négrière transsaharienne qui a duré treize siècles a été à l’instigation et au profit des arabes et musulmans (Attention ! Je ne crache pas sur ces religions, ce serait trop simpliste et risible ; je dis juste à tous ceux qui pensent que Dieu ne parle qu’à eux seuls d’en rabattre un peu et de laisser le vaudou tranquille ou d’aller se faire voir ailleurs si ça leur chante !).

Ce n’est pas le vaudou qui a condamné Haïti, non. Il y a bien quelque chose qui a juré la perdition de cette nation, mais ce n’est pas le vaudou.

 

Nous avons un destin commun

Je rêve d’une grande fédération. Une unité panafricaine transcontinentale qui regrouperait les nations et peuples africains et afro-descendants aux quatre coins du monde. Par la force des ancêtres, un tel rêve verra le jour. Dans un tel bloc, Haïti aurait incontestablement une place de choix (je ne cesse de le dire: le première nation africaine). J’ose le dire très solennellement enfin, toutes proportions gardées nous avons un destin commun.

J’aime à penser que nous y réfléchirons à deux fois avant de hocher piteusement la tête la prochaine fois que nous entendrons le nom « Haïti ». Elle est notre sœur, notre mère, notre camarade de route. Car c’est bien un commun destin qui nous lie, pour le meilleur et pour le pire, à plus d’un titre.

 

Bien à vous

A.R.D-A.

Partagez

Commentaires

loudny
Répondre

Haiti AFRICA

franck
Répondre

Salutaire rappel, tu écris sur le "Vaudou" mais pas un mot sur le "nègre des maisons"(MALCOLM X) qui est lui aussi un réel problème... Simple oublie ?

https://www.youtube.com/watch?v=IAgLORiZqcc

franck
Répondre

enfin si, tu en parles en deux mots "Papa doc"

projet qu'il faut soutenir "Une unité panafricaine transcontinentale qui regrouperait les nations et peuples africains et afro-descendants aux quatre coins du monde."

super billet ,encore un grand merci !!

renaudoss
Répondre

Toujours un plaisir très cher. Et comme tu te l'imagines aisément, on ne peut tout dire de tout à tout moment. D'autant que le sujet est vaste vaste vaste. J'aime à penser qu'une certaine partie du message est passée. C'est un point crucial qu'il faudra surement aborder un de ces quatre.
Du reste, que le Créateur et les ancêtres nous prêtent vie.

franck
Répondre

"J’aime à penser qu’une certaine partie du message est passée." Il ne me reste plus qu'a essayer d'approfondir la partie qui n'est pas passée... Pas sûr que j'en sois capable !

Pour finir une citation du prénommé Louis-Dieudonné (Sic) « Il arrive souvent, disait encore Louis XIV, qu'on veut obscurcir le mérite des bonnes actions en s' imaginant que le monde se gouverne de lui-même, par certaines révolutions fortuites et naturelles, qu'il était impossible d'éviter :opinion que les esprits du commun reçoivent sans peine parce qu'elle flatte leur peu de lumière et leur paresse, leur permettant d'appeler leurs fautes du nom de malheur et l'industrie d'autrui du nom de bonne fortune.»

PBathelus
Répondre

Tres bon article de connection panafricaniste. Je suis une haitienne qui a vecu au Mali et je vous remercie.

Meli

Comment avez vous vécu au mali je croyais que mali est un pays en guerre

nellyvbz
Répondre

Peuple courageux et amants de liberte cette culture est le symbole de leur fierte

renaudoss
Répondre

Elle l'est, à plus d'un titre.

Guy Muyembe
Répondre

Oui Haïti est notre soeur. Au fait la jamaïque n'est pas notre soeur aussi? Excusez si ma question vous semble peu interressante

renaudoss
Répondre

Non non, au contraire. Elle est très intéressante.
C'est d'ailleurs de Jamaïque que nous vient un des plus grands Africains des temps modernes, j'ai nommé l'illustre MARCUS MOSHIAH GARVEY (Il faudra que je fasse un billet sur le grand Garvey un jour).
Ce billet était dans le contexte précis des récents événements. Il ne s'agit en aucune façon de nier la filiation avec les autres nations des Antilles. Ceci étant, Haïti aura quand même une résonance toute particulière dans nos cœurs. Et pour cause!

MariusTresor
Répondre

Mr Muyembe, je crois que vous avez des cynisme ;) et par là sortez du sujet 1er. Vous parlez de la Jamaique c'est beau, pourquoi pas la Guyane, Trinidad? Martinique? Voyez-vous HAITI c'est pas la Jamaïque, encore moins Tobago ou la Guyane. Haiti c'est la 1ere nation Noire dans le monde entier. Sans Haiti, les autres pays que vous citez n'existeraient certainement pas sous leurs forme actuelle. Comme diraient les Panafricains et les peres de la Négritude, HAÏTI pour moi est la Matrice des nations noires comme l'Afrique est la terre originelle. Voilà tout. Les Africains, nous autres, avons et continuons de jouer aux Aveugles pour ne pas comprendre la situation Haïtienne et la comparer à la nôtre. Nou ne sommes pas mieux lotis et c'est pas pour rien que les chefs d'états Africains avaient vidé la salle de leur présence lors de la représentation de la Tragédie du Roi Christophe d'Aimé Césaire lors du Festival des Arts Nègres de 1966. Cette Tragédie pressentie et mise en scène dans la TRC continue de se jouer hélas aujourd'hui dans presque toutes les nations Noires d'Afrique mais aussi, à Haïti. Alors lorsqu'on parle d'Haiti, on parle de la 1ere Nation Libre du monde noire, cela est un fait. La 1ere armée noire, constituée d'esclaves marrons qui a défait la " vaillante armée de Bonaparte Napoléon" à la bataille de Vertières.... (Ceci n'est pas appris dans l'Histoire du pays perdant ;)

renaudoss
Répondre

"La première nation libre du monde noire (moderne)" Oui, c'est un fait. Et il faut le savoir. Ceci étant, l'indulgence est de mise envers autrui, car, comme vous le dites si bien "Ce n'est pas appris dans l'Histoire du pays perdant", le notre donc. :)

Jean Eliphen
Répondre

Je suis, sincèrement, ému jusqu’aux larmes en lisant ton billet de profondes résonances.
Je voudrais te parler bientôt. Trouve-moi sur facebook : https://www.facebook.com/eliphen.jean

Cordialement tien.

Eliphen

renaudoss
Répondre

Le plaisir est pour moi très cher, ça venait du plus profond de mon cœur et de ma raison.
A très vite, Oui.

Roland
Répondre

Beau billet. Haiti est incontestablement l'ainé des etats noirs indépendants.Il a d'ailleurs inspiré les esclaves affranchis dans la fondation du Liberia. Si les puissances extérieures ont tenté d'affaiblir Haiti il ne faut pas oublier la part de responsabilité au plan interne avec les potentats qui ont ruiné ce beau pays.

renaudoss
Répondre

Tout à fait, il y a toujours un "oncle Tom" quelque part pour faire le sale boulot! :(

Réparation Restitution TO
Répondre

HAÏTI, CE PAYS QUI CONTINUE À EXPIER SON PÊCHÉ DE DIGNITÉ

Par Eduardo Galeano

Écrivain et journaliste uruguayen,
Célèbre pour avoir écrit Les veines ouvertes de l’Amérique latine.

N’importe quelle encyclopédie te dira que le premier pays d’Amérique devenu indépendant c’étaient les Etats-Unis. Ces Etats-Unis là comptaient 650 000 esclaves qui ont continué à l’être durant cent ans. La première Constitution établissait d’ailleurs qu’un « noir équivaut aux trois cinquièmes d’une personne ».

Interroge n’importe quelle encyclopédie pour savoir quel pays a, le premier, aboli l’esclavage, t’auras toujours la même réponse, l’Angleterre. Sauf que ce pays ce n’est pas l’Angleterre, mais Haïti, un pays qui continue à expier ce pêché de dignité.

Les esclaves noirs d’Haïti ont mis en déroute les glorieuses armées de Napoléon Bonaparte, une humiliation que l’Europe ne leur a jamais pardonnée. Durant un siècle et demi, Haïti, coupable de sa liberté, fut obligée de payer à la France une indemnisation gigantesque. Mais cela n’a pas suffi : cette insolence nègre continue de contrarier les âmes blanches.

De tout cela, nous ne savons peu ou rien. Haïti est un pays invisible. Il n’est devenu visible que quand le tremblement de terre de 2010 a tué 200 000 haïtiens.

Il faut le répéter jusqu’à ce que les sourds l’entendent : Haïti est le pays fondateur de l’indépendance de l’Amérique et le premier au monde qui a banni l’esclavage. Il mérite bien plus que la notoriété due aux disgrâces.

Actuellement, les armées de différents pays, dont le mien, occupent Haïti. Comment justifie-t-on cette invasion militaire ? Haïti menacerait la sécurité internationale.

Rien de nouveau. Tout au long du 19e siècle, Haïti a déjà été une menace pour la sécurité des pays qui continuaient à pratiquer l’esclavage.

D’après Thomas Jefferson [troisième président des États-Unis, de 1801 à 1809, ndr], c’est d’Haïti que provenait la peste de la rébellion. En Caroline du Sud, on incarcérait tout marin Noir d’un bateau à quai, à cause du risque de contagion de la peste antiesclavagiste. Au Brésil, cette peste on l’appelait « haïtianisme ».

Au 20e siècle, Haïti fut envahie car c’était un pays « peu sûr pour ses créanciers étrangers ». Les marines ont commencé par prendre le contrôle des douanes et par livrer à la City Bank de New York la Banque nationale d’Haïti. Et ils y sont restés pendant 19 ans.

Le passage de la frontière entre la République Dominicaine et Haïti est surnommé mal pas « la mauvaise passe ». S’agit-il par ce nom de mettre en garde ? Tu t’apprêtes à entrer dans un monde noir, de magie noire, de sorcellerie… Le Voodoo, importé d’Afrique par les esclaves a pris racine à Haïti. On prétend que ce n’est pas une religion. Pour les propriétaires de la Civilisation, le Voodoo est une affaire de Nègres : ignorance, arriération, pure superstition. Pourtant, l’Eglise catholique ne manque pas de fidèles capables de vendre les ongles des saints et les plumes des archanges !

Depuis quelques années, ce sont les sectes évangéliques qui se chargent de combattre la superstition en Haïti. Elles viennent des Etats-Unis, un pays où il n’y a jamais de 13eétage, dont les avions n’ont pas de rangée numéro 13, et habité par des chrétiens civilisés qui croient que Dieu a fait le monde en une semaine.

Dans ce pays, le prédicateur évangélique Pat Robertson avait expliqué le tremblement de terre de 2010 par le fait que les Noirs auraient arraché l’indépendance à la France à partir d’une cérémonie Voodoo durant laquelle, cachés au fond de la forêt, ils auraient invoqué l’aide du Diable. Le tremblement de terre ne serait que le prix de son aide !

L’occupation, qui dure depuis sept ans, coûte aux Nations Unies plus de 800 millions de dollars par an. Si ces sommes allaient à la coopération technique et à la solidarité sociale, ce serait une bonne impulsion pour l’énergie créatrice d’Haïti.

Haïti se sauverait ainsi de ses sauveurs armés qui ont une certaine tendance à violer, tuer et propager des maladies mortelles.

Haïti n’a pas besoin qu’on vienne multiplier ses calamités. Elle n’a pas besoin non plus de la charité. Comme le dit un vieux proverbe africain, la main qui donne est toujours au dessus de celle qui reçoit.

Elle a besoin de solidarité, de médecins, d’écoles, d’hôpitaux, d’une véritable collaboration qui lui permettre de retrouver la souveraineté alimentaire assassinée par le Fonds monétaire international, la Banque mondiale et autres philanthropes.

Cette solidarité est notre gratitude, de nous, latino-américains, envers cette petite grande nation qui grâce à son exemple contagieux, nous a ouvert les portes de la liberté.

Edouardo Galeano

________________________________

© Paru dans dans Brecha, Montevideo, le 5 janvier 2012. Mis en ligne le 18 mars 2012 sous le titre : «Cette insolence nègre qui continue de contrarier les âmes blanches».- Publié sur Parole En Archipel le 16 septembre 2014 sous le titre : «Haïti, ce pays qui continue à expier son pêché de dignité».

renaudoss
Répondre

Tout y est dit, et bien dit, oui!

Garry C
Répondre

Entant que haitian ,je suis vraiment touché de vos reflections et par dessus tout je comprends que nous ne sommes pas seuls dans la bataille contre les impérialistes a peau blanche qui croiraient etre les seuls à pouvoir vivre en toute liberté que le grand créateur accorde à tout un chacun.

Meli
Répondre

Vous ête un homme a l'envers tant que Haïti n'abandonne pas ces pourritures (le vaudou) nous resterons toujours dans la misère retire ta bouche sur Haïti le vaudou est un culte satanique qui n'a aucun rapport avec le bien les Haitiens doivent se tourner et s'abandonner a Dieu (LE Dieu d'Habraham d'Isaac et de Jacob) puis le vaudou c'est une religion de misère de pauvreté si vous aimer le vaudou pratiquez le vous même mais ne parlez pas du vaudou avec les Haitiens d'ailleur ce sont les même Africainsnoirs qui ont vendu leur propre frère et soeurs aux blanc pour des choses sans valeur et jusqu'a present les africains font ça avec les arabes

Kelsey
Répondre

Jolie,dommage que l'histoire d'Haiti soit peu connu par tous. Et meme par l'auteur>. Haiti n'est pas soeur mais la fille ainee de l'Afrique. Pour connaitre son histoire nous devons lire cette dreniere a partir du 5 decembre 1492.