Grève au CHU Sylvanus Olympio, la détermination des grévistes, le désespoir des familles.

Article : Grève au CHU Sylvanus Olympio, la détermination des grévistes, le désespoir des familles.
16 février 2015

Grève au CHU Sylvanus Olympio, la détermination des grévistes, le désespoir des familles.

Salutations, chers toutes et tous

Au Togo, cela fait quelques mois qu’il y a de l’eau dans le gaz entre les forces productives du pays et le gouvernement. Etudiants, Corps médical, enseignants: des grèves régulières émaillent le cours des choses dans notre petit pays.

Les choses sont encore montées d’un cran il y a quelques semaines. Au cœur de la brouille, la récente sortie de notre illustre Premier Ministre/Ministre de la santé oui, c’est un tout en un suite à de récentes grèves. Les motif de ces grèves étaient en gros les conditions de travail et le salaire.

Je cite ici les propos recueillis par le journal Kusasa Newws sur site alome.com au CHU:

« Ahoomey-Zunu se prend pour qui pour nous menacer en ces termes ? C’est une provocation intolérable. Pourquoi s’intéresse-t-il seulement aux trucs aléatoires ? Est- ce qu’il imagine un peu les conditions dans lesquelles nous travaillons ici ? », s’indigne un agent qui remarque la présence des reporters et s’adresse désormais à eux : « Tenez monsieur le journaliste, le rythme de travail ici est infernal. Tout le matériel de travail est usé, alors que l’hôpital même n’en achète pas. Ils attendent seulement qu’on leur fasse des dons de matériels qui ont été déjà utilisés ailleurs. Des matériels qui sont hors d’usage et que les gens veulent s’en débarrasser, c’est ça qu’on nous amène ici et on organise des cérémonies de réception en grand pompe, on crie sur les toits qu’on a enrichi les hôpitaux de nouveaux matériels de travail, alors que les trucs ne sont même pas bons. Avec notre rythme de travail, au bout d’une semaine, ces appareils sont inutilisables ».

Crédit: letogolaisrevolte.blogspot.com
L’équipement Hi-Tech du CHU Crédit: letogolaisrevolte.blogspot.com

[…]  un autre de renchérir : « Regardez dans les couloirs, vous voyez toutes ces femmes enceintes à terme couchées à même le sol, par faute de bancs ? Suivez-nous au bloc et vous verrez que nous examinons aussi des femmes à même le sol. Il n’y a pas suffisamment de lits pour les mettre dessus. Et à la fin, nous avons mal aux reins, puisqu’on fait tout en position accroupie… Regardez vous-mêmes le vrai visage de l’hôpital togolais en 2015 ! Est-ce qu’on peut bien soigner les gens dans ces conditions ? Quand on leur parle, ils politisent tout. Ils ne voient même pas la souffrance du peuple ». Il poursuit: « Les Togolais meurent tous les jours. S’il faut fermer les hôpitaux pendant 24 ou 48 heures pour qu’on règle tous les problèmes, même s’il doit avoir des morts, c’est mieux que de laisser mourir les gens tous les jours et continuellement […] » « […] Si nos hôpitaux étaient bons, lui-même quand il était malade, pourquoi il ne s’est pas fait soigner au pays ? […] En responsables conscients, arrangez vos hôpitaux pour qu’on donne des soins adéquats aux patients. On peut tout traiter ici sur place s’il y a des moyens. Les gens tombent malade, ils fuient leur propre pays pour aller se faire soigner en Europe. » […] « Son collègue lui arrache la parole : « Je vais vous faire une confidence. Quand le Premier Ministre était évacué en Europe pour suivre l’opération chirurgicale à la suite de son appendicite, le premier chirurgien qui devait l’opérer a failli aggraver son cas, voire le tuer carrément. Je suis sérieux ! Le jeune chirurgien, suivant les nouvelles techniques modernes voulait lui faire ce que nous appelons ici « petite souris ». Il a fallu la prompte réaction d’un médecin africain pour attirer son attention sur la spécificité du cas qui doit être traité comme cela se fait en Afrique. Vous voyez le risque que nos gouvernants prennent en refusant d’équiper nos hôpitaux ? ».  (Source: https://news.alome.com/h/39126.html)

Crédit:www.27avril.com
Appréciez le texture fine et rafinée des tissus Crédit:www.27avril.com

Dans une diatribe absolument mémorable, il a pour ainsi dire « remis à leur place » les médecins réclamants, du moins c’est ce que cela se voulait. Un discours digne d’un patron d’entreprise sermonnant ses subalternes selon moi. Le souci c’est que les membres du corps médical ne sont pas tout à fait ses subalternes. Je ne sais pas trop quelle illusion d’optique, quel principe de transitivité lui a donné à croire qu’il était le patron juste parce qu’il était Premier Ministre/Ministre de la santé (Il faudra peut-être que tous les intéressés voient l’étymologie exacte du mot « ministre », ils en rabattront un peu). Ses propos ont suscité une vive colère

 

Un médecin, un technicien, ou infirmier, ce n’est un mendiant

Quand on est des BAC + 3, BAC+ 5, BAC + 10 voire BAC+14 et plus pour certains, on n’admet guère certaines remontrances mal placées. Surtout quand on a des revendications légitimes. La réponse du principal Syndicat ne s’est pas fait attendre : et vlan trois jours de grève reconductibles sans préavis (11, 12, 13 Février).

Crédit: www.kusasanews.com
Crédit: www.kusasanews.com

Grève du service public – Grève au CHU sylvanus Olympio 

Etre en stage au CHU Sylvanus Olympio (1) par ces temps de grèves, c’est comme être dans l’antre de la bête, dans l’œil du cyclone, dans l’épicentre du séisme C’est bon j’arrête là, vous avez saisi l’idée. Nul part ailleurs le drame d’une grève du service public ne cristallise autant les passions et les répercussions : La détermination affligée des grévistes à obtenir satisfaction, la détresse des patients qui sont directement et très frontalement pénalisés, les urgences  qui sont redirigés vers des centres privés plus couteux etc.

Pour avoir, la semaine dernière, passé trois jours quasiment au point mort au labo d’hématologie où je « stage », et dans tout le reste de l’hôpital, je puis dire que la grève a très bien suivie. A partir du 17 Février, il est prévu trois jours de sit-in. La détermination est toujours présente. D’ailleurs, un des ainés au laboratoire ironisait ce matin « On va prendre des bâtons pour taper ceux qui ne vont pas respecter le sit-in » si si, il ironisait.

 Au Centre hospitalier universitaire (CHU) Sylvanus Olympio, un ingénieur en biologie a bien du mal à cacher sa colère : « Ils ont traîné toute l’année 2013. On s’est tus, on n’a rien dit. Ils ont promis que non, ils sont en train de tout faire pour avoir notre cas. A notre grand étonnement, on est en 2015. Mais notre plateforme est devenue quoi ? Le gouvernement proposait encore d’aller en commission. On va en commission, en commission on travaille. Il y a un document qui en est ressorti. On le dépose sur la table du gouvernement. Un mois, deux mois, trois mois, le gouvernement ne dit rien. Et c’est ce qui nous a conduits à la grève. » (Source)

 

Les patients et leurs familles

Le plus triste dans l’histoire c’est pour les patients. Beaucoup sont immobilisés depuis plusieurs jours à l’hôpital à cause de ces grèves : Sans médecins pour les ausculter et/ou signer leur sortie, il va de soi qu’ils sont bloqués là (et la facture s’allonge).

 

Patients et Accompagnants: Entre désespoir & Colère 

L’annonce des trois jours de sit-in a provoqué une véritable psychose chez nombre d’accompagnants. L’idée de rester bloqués au Centre pour plusieurs jours de plus, voire une semaine, ne les a pas du tout fait sourire. C’est le cas de le dire.

J’étais en plein travail ce matin quand j’entendis plusieurs tintements métalliques et des cris stridents. Un regard par la fenêtre: une dame, cuillères dans les mains, en train de crier à la cantonade « Pour se laver, on paye, pour faire ses besoins on paye, pour les chambres on paye… mais vous refusez de soigner nos gens pour nous libérer. Oboboboboué ! » « Qu’ils s’occupent des dokita (2) afin que ceux-ci viennent s’occuper de nos malades ».

Son sentiment d’angoisse était largement partagé; la preuve, cette dame solitaire est très rapidement devenue une foule de plus d’une cinquantaine de personnes jusqu’à son arrivée à l’entrée de l’hôpital, juste en face de la direction. Un groupe de femmes essentiellement. Il n’y a pas à dire, les femmes sont d’un courage, d’une force de caractère et d’une férocité incroyable, quand il y va de la survie des leurs !

La scène quelque peu surréaliste a duré quelques minutes : La foule les femmes faisant du bruit en face de la direction, à grand renforts de remontrances. Un responsable descendant pour les calmer et les rassurer, lui se fait copieusement huer. De loin, les membres du corps médicaux (tous échelons confondus) acquiesçant discrètement du regard avec un air largement approbateur.  Et une infirmière de dire dans son coin « Einhein ! Mi woè na wo gnoédé. O mou sé na nouo, o tri na to » ( C’est ça ! Faites-le leur bien ! Ils sont durs d’oreille. Ils sont récalcitrants»)

Les grèves à l’hosto sont aussi un sacré coup de poker. Il y a une pression psychologique énorme pour les deux parties car le mécontentement grandissant des foules est une chose redoutable, instable et imprévisible, un argument de poids. Mais ça marche encore mieux dans un pays où on se soucie vraiment du peuple, je dis ça je dis rien. Quiconque a déjà « visité » un de nos hôpitaux public en tant que patient ou accompagnant  sait à quel point les conditions sont pénibles et difficiles. Alors en temps de grève…

 

Allo ? Y’a-t-il un président dans l’avion ?

La scène des dames à l’entrée du Centre n’a eu de cesse d’alimenter les conversations. Et un de mes collègues de s’interroger sur le silence de notre altesse royale Gnassingbé II. En ces périodes électorales, on s’imagine bien que ses préoccupations sont toutes autres, mais on se serait quand même attendu à un certain intérêt de sa part, ne serait que par un discours. On ne l’entend pratiquement que le nouvel an, notre prési.

"Papa" Faure. Crédit:news.acotonou.com
« Papa » Faure.
Crédit:news.acotonou.com

Une chose est certaine, cette grève fait parler d’elle. J’ai encore en mémoire la sordide et délirante affaire liée à la grève au niveau de la morgue il y a quelques temps, terrible pour un aussi petit pays que le nôtre. Demain, 17 Févier 2015 commencent les trois jours de sit-in.

On a pas fini d’entendre parler de cette affaire.

 

Bien à vous,

A.R.D-A.

 

(1): Je passe déjà sur l’étrange mesquinerie que c’est donner le nom d’un des plus illustres hommes du Togo à un hôpital considéré par beaucoup comme un mourroir.

Sylvanus Olympio Premier président du Togo Père de l'Indépendance Père de la Nation Crédit:Wikipedia
Sylvanus Olympio: Premier président du Togo, père de l’Indépendance ET père de la Nation
Crédit:Wikipedia

(2)  Dokita : déformation de « Doctor ». C’est le terme le plus répandu pour désigner un « docteur » (Docteur en Médecine je précise)  en Eve-Mina/Lomégbé.

Partagez

Commentaires

Guillaume
Répondre

Hahahahahahahahahaha... L'équipement "Hi-Tech du CHU" cette formulation m'a tué. Hahahahahahahahaha...

Bon, soyons sérieux ! Le Prince ne semble pas accorder de priorité à la Santé et à l'Education, son mutisme et la bavurre de ses Ministres prouvent à quel point nous ne sommes pas en mesure de sortir de l'auberge avec lui et son entourage. Oui, j'en suis maintenant convaincu. Sinon depuis 2011, ils n'en ont pas marre qu'on ramène le même sujet à chaque année ?

Et je crains que tout ça ne dégénère d'une année à une autre. On a tellement tellement tellement parlé, dénoncé, mouchardé qu'ils nous donnent l'impression d'être fous sur cette question. Je me tais maintenant.

Beau billet, frère !

renaudoss
Répondre

Merci! Que veux-tu, c'est (notre) Hi-tech ça.
Je crois que tu as tout dit: Il n'en a rien à carrer de tout ce qui se passe, ça va continuer... et ça va péter un de ces quatre.
Après, bon, on attend de voir, peut-être qu'il recevra une noix de coco sur la tête, qu'il retrouvera ses esprits, et deviendra vraiment président.

fafa
Répondre

serieusement je regrette de plus en plus le fait d'être togolaise(desolé si ca te choque). mais je ne peux cacher la colère, la haine que je porte a nos dirigeants. il n'y a pas un secteur dans ce pays qui ne souffre pas d'insuffisances. humm

je pensais être la seule (enfinnn pas la seule quand même mais bon) stagiaire en ce moment de turbulence. fallait voir ce matin devant la mairie encore un sit-in. decision finale: grève de trois jours a partir de demain. mon passage ds ce service a été parsemé de turbulence aussi. mes journées se résument a manger a faire quelques travaux sans importances et a rentrer chez moi..

en tt cas je suis enormement déçue de voir qu'il suffit qu'une autorité detienne un semblant de pouvoir qu'il se permette de rabaisser les autres. le soir de ce fameux discours du cher et bien détesté 1er ministre j'etais ds ma chambre quand j'entendais depuis le salon la voix de quelqu'un qui semblais reprimander. je me suis précipité au salon et quelle ne fut ma surprise. mon père etait plus bouche B, mes freres eux rallaient. je ne peux comprendre qu'un ministre puisse se permettre de s'adresser de la sorte aux autres. il n'avait aucun droit, je dit bien aucun, pr oser utiliser ce ton. ceux sont des personnes apres tout, qui plus est, ont un certain niveau. c'est inadmissible.
si ca ne tenait qu'a moi, cette grêve continuerait pendant des mois jusqu'a l'arrivée des elections. tant qu'il y aura pas d'ameliorations, j'espere que cette grêve continuera. revoir la grille salariale, rehausser le smig, est-ce trop demander?? on depense pourtant des milliards pr des projets dont on ne voit mem pas la réalisation. les routes, c'est important certes mais quand la population ne mange pas a sa faim, quand le dernier des togolais n'arrive pas a trouver 100frcs pr une journee alors ca craint, ca craint grave..
et notre president ds tout ca!!!! on dirait un sourd muet. il n'a que faire du cris de la population. lui ce qui le préoccupe c'est d'avoir un bilan positif a la veille des élections.ce qui explique son engouement a terminer au plus vite les routes. il est pratiquement inexistant. ce pays vraiment, je pense que je vais m'arrêter laaaa. hummm. enfin bref..... esperons que d'ici quelques jours le gouvernement se prononce.

beau billet tres cher. excellente journée.bz

renaudoss
Répondre

Merci.
Je partage ta frustration (je n'irais pas jusqu'à dire que je regrette d'appartenir à cet Etat, encore que)
Tu as bien résumé les journées quand même "Manger et regarder le temps passer". Et la grève est bien partie pour continue cette fois, je le crains. A chaque fois qu'ils deviennent "importants" dans ce pays, dans leur tête c'est comme s'ils marchaient sur l'eau.

Aboudramane koné
Répondre

Que dire si ce n'est te soutenir dans ce désespoir qui ravage ton âme. Juste te dire que c'est pareil partout. Abidjan n'est pas mieux loti et je parle depuis le cœur de notre système de santé. Il aura fallu en 2014 la mort d'une top model pour que le gouvernement se rendre compte qu"aucun de nos CHU ne disposant encore d'un scanner je parle même pas d'une IRM. Ici tout date de félix Houphouet Boigny. la santé est malade sous nos cieux et c'est l'hôpital qui a bien besoin de médecin à son chevet. Gbès est mieux que dra. S'agissant des conditions de vie des agents hospitalier faille dénoncer l'amalgame qu'est fait et entretenu par nos autorité " vous aviez prêtez serment donc pas de grève et surtout on vient pas à a santé pour de l'argent". Donc le président de la république e prête t'-il pas serment et alors? Merci pour le billet. Je salue Lomé.Gbès est mieux que dra

renaudoss
Répondre

Même en RCI aussi quoi! En même temps, si on a assez d'argent pour les footballeurs, je suis sûr que le meilleur est à venir pour les hôpitaux. Je ne sais pas vraiment ce qu'il nous en coute de faire le nécessaire, même pas, juste le minimum.
ET ces gens de se moquer du monde avec leur affaire de serment, comme si on faisiat des années d'études pour finir sans culotte (on ne parle même pas de richesse, juste de conditions décentes).
Lomé reçoie tes salutations très cher, merci d'être passé.

Roland
Répondre

Très bonne analyse frangin.De nos jours le gouvernement coutumier de la roublardise fait face à une nouvelle génération de syndicalistes qui en font voir de toutes les couleurs. Jusqu'à quand restera t il indifférent notre ministre? Pour l'heure toutes ses réactions n'indiquent que du mépris.Après les scandaleuses remontrances,c'est la fermeture des écoles.Et le prince pourquoi demander son intervention quand ses sorties médiatiques sont aussi rares que les larmes du chien? L'attitude du gouvernement est d'autant plus incompréhensible qu'elle ne sert pas les intérêts électoraux. On risque d'aller à un enlisement de la crise si rien n'est fait puisqu'on menace de gréver à la morgue. Dieu nous vienne en aide.

renaudoss
Répondre

Genre, le chef est tellement sûr de sa victoire qu'il ne fait même pas semblant de s'intéresser à ce qui se passe dans le pays. C'est intéressant.
Et c'est vrai, les choses risque de stagner et de "pourrir" à ce train là.