Citations

Et quelques citations pour notre seule édification…

« La langue est le glaive du roi ! Les mots valent plus que tous les combats. » Pharaon Mérikarê

« Mais même au point de vue des plus insignifiantes choses de la vie, nous ne sommes pas un tout matériellement constitué, identique pour tout le monde et dont chacun n’a qu’à aller prendre connaissance comme d’un cahier des charges ou d’un testament. Notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres. Même l’acte si simple que nous appelons « voir » une personne que nous connaissons est en partie un acte intellectuel, nous remplissons l’apparence physique de l’être que nous voyons de toutes les notions que nous avons sur lui, et dans l’aspect total que nous nous représentons; ces notions ont certainement la plus grande part ». Marcel Proust, Du côté de chez Swann

« Chaque génération doit, dans une relative opacité, trouver sa mission, la remplir ou la trahir » Frantz Fanon

“Tôt ou tard la mort arrive à tout homme sur la terre, et comment mourir mieux qu’en affrontant un danger terrible pour les cendres de ses pères et l’autel de ses dieux ? »

“Tyranny, like hell, is not easily conquered; yet we have this consolation with us. That the harder the conflitct, the more glorious the triumph” (“La tyrannie, comme l’enfer, n’est pas facilement conquise ; pourtant nous avons cette consolation en nous. Le fait que plus difficile est le conflit, plus glorieux est le triomphe”). Thomas Paine

« L’utopie est simplement ce qui n’a pas encore été essayé. »  Théodore Monod.

« Les sentiers battus n’offrent guère de richesse; les autres en sont pleins. » Jean Giono.

« A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire » George Orwell

« L’activité est indispensable au bonheur ; il faut que l’homme agisse, fasse quelque chose si cela lui est possible ou apprenne au moins quelque chose. » Arthur Schopenhauer

« L’homme africain est entré dans l’histoire. A ma connaissance, il est même le premier à y être entré… »
Jacques Chirac, ancien président de la république française, répondant au discours de Dakar prononcé par Nicolas Sarkozy

« Ne permets point que le pauvre et le vieillard soient rudoyés par le geste et la parole. »   Aménémopé

« Que ceux qui désirent être propriétaires ne se rendent pas prospères en creusant des sillons dans les terres d’autrui. »  Aménémopé

« Le deuil d’un bonheur perdu est de se rappeler son heureuse heure dans la douleur ». Fate Zero

« Toute grande œuvre nous atteint en tant que démiurgie; un grand artiste n’est pas autonome parce qu’original, il est original parce qu’autonome : d’où sa part de solitude. » Malraux, les Voix du silence, p. 459.th

« Je suis pauvre, je n’ai plus que mes rêves, j’ai déroulé mes rêves sous tes pieds, marche doucement, parce que tu marches sur mes rêves. » William Butler YEATS

« Pour un véritable écrivain, chaque livre devrait constituer un nouveau départ, une tentative   d’atteindre quelque chose qui est hors de portée. Un écrivain devrait toujours tendre vers quelque chose qui n’a jamais été réalisé, ou que d’autres ont tenté de réaliser sans succès. Alors, parfois, avec de la chance, il réussira ». Ernest Hemingway

« Écrire est la plus saine des drogues » A. R. D-A.

« La plus grande beauté se trouve dans les choses toutes simples, alors recherche la simplicité ! »       A. R. D-A.

« Les réponses à des questions qu’on ne s’est pas encore posées ne sont pas des réponses, ce sont juste des état de fait. Ainsi auraient-t-elles beau pendre au bout de notre nez qu’elles ne seraient d’aucune intérêt » A.R.D-A.

« Le capitalisme était un aigle ; c’est maintenant un vautour. Il était assez puissant pour sucer le sang de n’importe qui, des forts comme des faibles. Mais aujourd’hui il devient plus couard, comme le vautour, et il ne suce plus que le sang des faibles. À mesure que les nations du monde se libèrent, le capitalisme a moins de victimes potentielles à sucer, et il s’affaiblit. Ce n’est qu’une question de temps avant l’effondrement complet. » Malcolm X

« Les révolutions qui commencent sont en réalité des croyances qui finissent […] Le jour précis où une grande croyance est marquée pour mourir est facile à reconnaître ; c’est celui où sa valeur commence à être discutée. Toute croyance générale n’étant guère qu’une fiction ne saurait subsister qu’à la condition de n’être pas soumise à l’examen. » Gustave Lebon