Panafricanisme Partie 3: L’Afrique et les grands blocs mondiaux

Salutations, chères toutes et chers tous

 

Alors, poursuivons notre bonhomme de chemin sur cette question du panafricanisme (Ici partie 1, partie 2).

 

Exposé des faits : Les douloureux paradoxes de l’Afrique désunie 

Il est plus aisé pour un jeune togolais de se projeter mentalement vers l’Europe occidentale, le Canada ou les USA que vers le Ghana, l’Angola ou le Kenya.

Nombre de pays Africains importent massivement des céréales depuis l’Asie du Sud-Est ou les États-Unis alors que les récoltes pourrissent sur champ au Mali ou en Éthiopie.

Des pays Africains, souvent voisins directs, producteurs de la même matière première, vont se faire concurrence sur les marchés mondiaux au nom d’«intérêts nationaux ».

Un Français ou un Canadien a infiniment plus de facilités de voyage dans n’importe quel pays d’Afrique que n’importe quel Africain. Comme si le Bénin avait jamais été agressé le Congo, ou le Mali par le Mozambique.

 

A l’inverse…

Saviez-vous que la CEDEAO était la 20ème puissance économique mondiale ? On ne s’y attendait pas, à celle-là! Pris isolément, chacun des états et micro-états de l’Afrique de l’ouest son relativement mineurs, à l’exception du Nigeria (encore que) – à titre d’exemple, le Togo, le micro-état dont j’ai la nationalité, n’est que 155 ème sur la liste – mais une fois l’Afrique Occidentale prise comme grand-espace économique, les choses deviennent nettement plus intéressantes.

 

L’échiquier mondial actuel.

Il est terrifiant de constater l’extrême retard de la pensée politique de l’Africain moyen, à plus forte raison des « élites », sur la réalité réelle de notre monde. Car nous sommes à l’ère des grands blocs et des grands ensembles. Le temps n’est même plus aux grands pays tels qu’on les connait sur le schéma classique. A titre d’exemple :

  • L’union Nord-Américaine: Cristallisée par le traité l’ALENA; à terme, cet espace contiendra  les USA, le Mexique et le Canada. Il s’articule avec l’Euramérique, dans une logique d’unification thalasso-tellurique plutôt audacieuse et inédite. Deux grands espaces qui ont les USA pour centre de gravité, cela va sans dire.

 

  • L’Euramérique: L’Euramérique aura pour vocation d’unifier économiquement les USA à toute l’Europe occidentale (Plutôt de cadenasser l’UE aux USA). Ceci à travers le TAFTA ou Traité Transatlantique, en cours de négociation.

Les Américains, avec l’esprit de prospective qui les caractérise, se construisent ainsi un glacis protecteur face à l’hégémonie économique chinoise. Ils voient cinquante cent et deux cent ans à l’avance, là où les dirigeants africains ne se projettent que dans le mois, l’année, ou le quinquennat suivant. 

 

  • Les BRICS ou la marche des nouveaux géants: Les BRICS  (Brésil + Russie + Inde + Chine + Afrique du Sud) réunissent les grandes puissances émergentes, notamment le Brésil, Deuxième puissance du continent américain. Notez d’ailleurs que l’Afrique du Sud est le plus petit pays de cette alliance, à la fois démographiquement et économiquement. La charnière des BRICS est évidemment l’axe Moscou-Pékin.
BRICS

Les BRICS – Crédit: Wikipedia

 

  • Paris-Vladivostok ou L’Eurasie de Poutine: Union de l’Europe Occidentale et de l’Europe Orientale, c’est la seule entité qui fasse véritablement trembler le mastodonte étasunien. Une grande alliance entre les immenses ressources financières et technologiques de l’Europe de l’Ouest et les encore-plus-immenses ressources naturelles et énergétiques de la Russie.

 

Eurasia (orthographic projection)

L’Eurasie au sens large. Un possible axe Berlin-Moscou étant la bête noire des USA – Crédit: Wikipedia

 

(Pour prévenir cette alliance Est-Ouest, les élites anglaises (puis anglo-saxonnes) ont efficacement opté pour la création d’un inter-marium, mer intérieure : c’est-à-dire, ériger entre eux deux une barrière de sang et de désolation. Tout à fait par hasard, on remarquera que les conflits en Ukraine jouent parfaitement ce rôle…à une heure où l’Allemagne (locomotive de l’Europe occidentale) et la Russie se réveillent. Tout comme les conflits dans les Balkans un siècle plus tôt, ou encore la guerre du Kosovo il y a quelques décennies. Ces hasards de l’histoire qui ont tendance à se répéter, on ne sait trop pourquoi…)

 

 

A nous de prendre nos responsabilités…

On ne peut comparer que les choses qui sont comparables, on ne peut confronter que les choses qui sont confrontables. Les micro-états africains, isolés, croulant sous de violentes contradictions internes, n’ont ni les infrastructures et superstructures, ni les ressources géo-économico-démographiques nécessaires pour peser quoi que ce soit où que ce soit, notamment face G5. Il est d’ailleurs très facile de faire le lien entre les Grandes puissances émergentes et la taille de leur espace.

 

Théorie de la continentalité

 Au vu de ce qui précède, l’évolution logique que nous impose l’Histoire est donc de se penser en tant que Continent. Un immense espace « sans frontières et sans limites » de 30 millions de km² et de près d’un milliard d’habitants ! A l’image de nos ancêtres, nous devons nous défaire des barrières mentales dans lesquels notre pensée est emprisonnée et engluée…notamment à travers les frontières fantaisistes de nos états ou micro-états respectifs.

Nous n’aurons de cesse de le répéter tout au long de ces articles : Il faut penser en tant que continent. C’est ce que nous appelons la théorie de la continentalité. La question était ébauchée dans l’article précédent, la voilà accouchée.

« Il faut penser en continent » « Il faut penser en continent » « Il faut penser en continent »

 

Carte du monde, projection de Peters - Centralité de l'Afrique

Carte du monde, projection de Peters
Crédit: idata.over-blog.com

Théorie de l’Insularité

Second volet, suite logique, de l’idée évoquée plus tôt:  Si, en interne, nous devons nous concevoir comme un seul ensemble s’étendant de Dakar à Djibouti et du Caire au Cap (L’intégration du Maghreb dans une fédération panafricaine est primordiale, le panafricanisme n’est pas du pan-négrisme), grand-ensemble qui admet ses particularismes régionaux, cela va de soi; à l’extérieur, nous nous penserions comme une « Grande-Ile ».

Le grand géopoliticien anglais Halford MacKinder a théorisé l’Ile-Monde (Eurasie + Afrique) et le Heart-Land ( le verrou eurasiatique, considéré comme clé de voute du monde). Sa pensée géopolitique, bien que relativement battue en brèche sur certaines points par l’Histoire, a influencé l’évolution du monde dans une mesure qu’on soupçonne à peine aujourd’hui…

Eh bien, dans une vision afro-centrée, saine, logique et cohérente, nous développerions l’idée de l’Ile-Afrique. C’est la théorie de l’Insularité.

 

Continentalité/Insularité

Ces deux approches « contraires » sont parfaitement et nécessairement complémentaires. Elles constituent la double grille de lecture de la pensée politique, géopolitique et macro-économique pour une Afrique forte, une Afrique qui se respecte et défend ses intérêts.

Nous pourrions, très à juste titre parler de l’Ile-Afrique et de ses projections vers les « ilots-relais » que forment les Antilles, avec pour points d’appui des intérêts communs bien compris, une certaine affinité liée aux réalités de l’histoire (notamment la forte population afro-descendante). Faire une jonction, et c’est là un point capital, avec l’autre Grande-Ile qu’est l’Amérique latine, menée par le Brésil. Il s’agirait, à terme, de créer une Grande Alliance de l’Atlantique Sud… Un bloc d’une puissance redoutable, dont nous osons à peine imaginer le rayonnement, tant il est immense. Nous, Africains, ne regardons pas assez vers l’Amérique latine, c’est une immense tragédie!

Mais cela nous amènerait trop loin, et dans le temps et dans l’espace et dans les concepts.

Les Antilles, relais entre l'Afrique et l'Amérique Latine Crédit: http://www.defense.gouv.fr

Les Antilles, relais entre l’Afrique et l’Amérique Latine
Crédit: http://www.defense.gouv.fr

 

Pour ne pas conclure

Les unions transnationales ont cruellement besoin de continuité géographique pour être viables, efficaces et efficientes. Quelle est la meilleure continuité géographique dont on pourrait rêver si ce n’est l’Afrique entière !


 

En espérant nous avoir édifié…et pas trop ennuyé (Ce fut relativement long, mais il faut ce qu’il faut). Nous poursuivrons sous peu sur cette question.

 

Bien à vous.

4 Commentaires

  1. Édifiant magistrale et dance, que cela finit par ne pas être assez long (un jour viendra peut-être un livre sur le sujet)
    Dans l’attente du prochain numéro !

    1. Prochain numéro qui peut-être tiendra compte des réalités et ré-atterrira sur terre en douceur, car le racisme anti-blanc ne doit pas être qu’une vue de l’esprit aux reflets populistes, non, il faut qu’il y est derrière une population qui pousse a cela par le travail la rigueur et l’incorruptibilité ce qui n’est pas une mince affaire dans un pays ou un téléphone cellulaire par exemple a cent fois plus de valeur qu’une vie humaine. Ce qui en dit long sur le cheminement qu’il vous faudra accomplir pour vous unir sachant les qualités de la nature humaine qu’elle qu’en soit sa couleur. Bon courage aux Africains dans cette démarche maintenant que la france n’a plus la moindre influence en Afrique.( à part peut-être, être le caniche des basses œuvres des judéo – protestant)

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *